French Section(02 Oct 2013 NewAgeIslam.Com)
Des Etudes Génétiques Musulmanes Montrent que l'Inde est dans Notre ADN

 

 

De Saif Shahin, New Age Islam

Les musulmans indiens sont beaucoup plus étroitement liés aux autres indiens qu'ils ne le sont avec les populations arabes du Moyen-Orient et d'Asie Centrale, selon une série d'études génétiques des musulmans de partout dans le pays. Ce corpus croissant de recherche établit que la propagation de l'Islam en Inde était principalement une fusion culturelle plutôt qu'un cas d'afflux génétique du « monde musulman ». Les musulmans indiens sont tout aussi « indiens » que les Khatris, Kurmis, Brahmanes et Thakurs parmi lesquels ils vivent .

‪Qui sont les musulmans de l'Inde? ‪Et qu'est ce que l'Islam indien? ‪Il y a plusieurs façons de répondre à ces questions. ‪Une réponse de plus en plus populaire est que les musulmans indiens sont en grande partie les descendants des Arabes qui sont arrivés sur le sous-continent indien il y a des siècles. ‪Et l'Islam indien est une entité arabe qui est venue en Inde avec eux. ‪Les islamistes, qui militent pour la wahhabisation de l'Islam aujourd'hui, et les Hindutvawadis, qui préfèreraient voir tous les musulmans quitter l'Inde et donner l'Inde aux « indiens », ont construit leur politique de haine autour de cette réponse.

‪Mais la réponse est fausse, selon une série d'études génétiques de pointe. Ces études montrent que les musulmans indiens sont beaucoup plus étroitement liés à d'autres indiens qu'ils ne le sont aux populations arabes du Moyen-Orient et d'Asie Centrale. ‪Ce corpus croissant de recherche établit que la propagation de l'Islam en Inde était principalement une fusion culturelle plutôt qu'un cas d'afflux génétique du « monde musulman ». ‪Les musulmans indiens sont tout aussi « indiens » que les Khatris, Kurmis, Brahmanes et Thakurs au milieu desquels ils vivent.

La généticienne Maria C. Terreros et ses collègues ont publié une étude fondamentale sur le sujet en 2007 dans l'American Journal of Physical Anthropology. ‪Ils ont comparé des échantillons d'ADN de musulmans sunnites et chiites de l'Uttar Pradesh avec d'autres échantillons indiens ainsi que des échantillons de populations du Moyen-Orient, d'Asie Centrale et de l'Afrique du Nord Est et ont apporté un certain nombre de résultats intéressants.

Davantage Indiens qu'Arabes

Les auteurs rapportèrent que ‪« tant les populations sunnites que chiites de l'Uttar Pradesh affichent une affinité beaucoup plus élevée avec les populations indiennes autochtones qu'avec les groupes d'Asie Centrale et du Moyen-Orient ... Dans l'ensemble, les données viennent soutenir la théorie que les communautés chiites et sunnites de l'Uttar Pradesh dans le nord de l'Inde sont pour la plupart descendues d'hindous convertis ». Il y avait, cependant, des variations entre sunnites et chiites à l'égard de souches particulières d'ADN. ‪Les auteurs expliquèrent : « (...) les différences entre les Indo-chiites et les indo-sunnites ne signalent pas une contribution différentielle d'ADN étranger mitochondrial aux deux communautés confessionnelles. Pourtant, elles peuvent être le signe de la dynamique unique des populations avec des castes et tribus indigènes ».

‪L'étude de 2007 a constitué la base d'un certain nombre d'autres projets comparant l'ADN de musulmans de partout en Inde avec d'une part, divers autres groupes indiens, et d'autre part, les populations d'Asie centrale et du Moyen-Orient. Ils ont tous corroboré les résultats de Terreros et de ses collègues, tout en apportant aussi avec quelques nouvelles découvertes.

‪Une étude publiée en 2010 par l'European Journal of Human Genetics compara des échantillons d'ADN de six différents groupes de musulmans indiens, les sunnites et les chiites d'Uttar Pradesh, les chiites d'Andhra Pradesh, les Dawoodi Bohra du Gujarat, et Dawoodi Bohra et Mappla musulmans du Tamil Nadu avec des échantillons indiens non-musulmans, ainsi que des échantillons en provenance du Pakistan, Moyen-Orient, Asie centrale, Asie de l'Est et Europe.

‪Sa principale conclusion est que « contrairement aux communautés musulmanes de Chine et d'Asie Centrale, qui montrent une présence marquée de chromosomes Y de l'Ouest, les musulmans indiens tirent la plupart de leurs chromosomes Y de populations non-musulmanes locales voisines, suggérant une affinité génétique régionale entre musulmans indiens et populations non-musulmanes ». Elle trouva également la marque arabe « complètement absente » d'un gène particulier qui est répandu parmi toutes les populations musulmanes indiennes, concluant que c'était « consistant avec les flux de gènes ayant lieu principalement en Iran plutôt qu'en Arabie ».

‪Une découverte intéressante de cette étude était que les Dawoodi Bohra constituaient une entité génétique distincte par rapport aux autres groupes musulmans indiens, en gardant des liens étroits avec certains types de gènes africains / arabes et polynésiens. ‪Les auteurs dirent que leur lignée africaine / arabe sub-saharienne pouvait être liée à « l'information historique que les Dawoodi Bohra appartiennent à une secte chiite de l'Islam qui est censée avoir migré vers l'Inde en provenance du Yémen, une région qui est connue pour avoir une fréquence importante (3%) de lignées d'ADN mitochondrial africain ». ‪Leur lignée d'ADN polynésienne, quant à elle, est conforme à l'histoire orale des Dawoodi Bohras, qui prétendent que certains de leurs ancêtres ont émigré vers l'Inde en provenance de Thaïlande.

‪Une autre étude génétique publiée en 2009 dans la revue Human Biology suggère que « l'évaluation régionale phylogénétique met en avant la proximité génétique des chiites et sunnites avec certaines des populations religieuses hindoues géographiquement proches, les Yadav et les Jat. Cela se manifeste également dans le test de différenciation de la population, dans lequel les deux populations musulmanes ne se distinguent pas significativement des Yadav et Teli. Les auteurs ont également noté que «  nous n'avons pas observé d'affinité génétique particulière avec la terre des envahisseurs islamiques (Arabie et Iran) ou aucune autre région du monde incluse dans ces analyses ». Cela dit, cette étude trouva une « contribution génétique de l'Iran » dans les deux populations d'indiens musulmans sunnites et chiites.

Démystifier une Fausse Dichotomie

‪Ensemble, ces études ont des implications de grande envergure. D'abord, les musulmans en Inde sont tout aussi indiens que les Chaturvedis, Khatris, Kurmis, Reddys, Jats, Yadavs et Telis et à peu près aussi peu « arabes » que ceux-là. ‪Cette découverte dément quasiment l'idée que les musulmans indiens sont en quelque sorte plus « musulmans » et moins « indiens ». ‪Depuis l'époque du Mouvement Khilafat des années 1920, des sections de la direction indienne musulmane et non-musulmane ont construit et proliféré cette idée. Elle a bien servi leurs fins politiques. ‪Même la « théorie des deux nations », qui a conduit à la création du Pakistan, provient de cette notion de certaines distinctions inhérentes et inconciliables entre elles.

‪Mais ces études montrent que les musulmans et non-musulmans de l'Inde sont faits de la même étoffe. ‪Ils sont de la même race de gens, et s'appuient principalement sur le même groupe génétique. ‪Comment pourraient-ils alors être différents? ‪Bien sûr, ils ont des différences théologiques et culturelles puisqu'ils suivent différentes religions. Mais toutes sortes de différences sociales et culturelles peuvent être également vues parmi les gens provenant de différentes régions du pays, sans distinction de religion. Il n'y a aucune raison de reconnaître de telles différences superficielles comme plus importantes que les similitudes profondes qui existent entre eux. Donc, l'idée que les musulmans et non-musulmans d'Inde sont fondamentalement et irrémédiablement distincts n'est guère plus qu'une foutaise, perpétrée et maintenue par des personnes des deux côtés avec des agendas politiques et qui n'a aucun fondement dans la réalité.

‪La deuxième conséquence importante de ces études est qu'il n'y a pas non plus de différence génétique importante entre sunnites et chiites. Les dirigeants religieux et politiques musulmans tentent régulièrement de semer la zizanie sur le plan confessionnel au sein de la communauté musulmane. ‪Mais ce n'est rien de plus encore une fois qu'une tentative politique pour diviser les gens en construisant des murs imaginaires là où il n'en existe pas. La fracture moyen-orientale entre chiites et sunnites contient un élément racial / ethnique : alors que les arabes sont majoritairement sunnites, les iraniens sont chiites. ‪En fait, la convergence de l'Iran vers l'Islam chiite il y a des siècles était en soi un geste politique des rois Safavides pour se différencier des voisins arabes. ‪Mais ces différences n'ont aucune signification en Inde.

‪Troisièmement, le seul lien génétique « musulman » que les musulmans indiens ont est avec les iraniens, ce qui est prévisible, puisque les iraniens eux-mêmes sont une race « indo-européene». Et ce lien est commun aux sunnites et chiites de l'Inde. Cette constatation devrait stopper et faire réfléchir les gens qui veulent appliquer le « modèle d'Arabie » à l'Islam indien, un processus communément appelé wahhabisation. Il faut forcer une re-conceptualisation de ce que l'Islam signifie pour l'Inde et les musulmans indiens. Loin d'être un afflux d'arabes musulmans, l'Islam en Inde est venu comme un changement dans l'opinion des gens sur la façon de penser par rapport à la vie, la mort et la divinité, et la façon de mener sa vie et de se préparer à ce qui se trouve dans l'au-delà. ‪Naturellement, ce changement a eu lieu au sein de leurs ensembles de croyances existants sur ces questions, menant à la création d'une pensée unique qui est à la fois islamique et indienne.

‪Ce processus historique est bien connu, et les études génétiques re-confirment ce processus. ‪Cela signifie que toute tentative de faire revenir l'Islam en Inde à ses « racines arabes » est ridicule et absurde. Il ne peut pas les reprendre car il n'est jamais venu de là. ‪Il s'agit d'une entité indienne, qui a pris racine et s'est épanoui dans ce pays, et porte donc des repères spirituels et culturels de la civilisation indienne. Essayer de wahhabiser l'Islam indien signifie uniquement déraciner l'Islam indien et le tuer par la même occasion. Il n'est rien de plus qu'un moyen de servir les fins politiques de ceux qui épousent et appuient cette wahhabisation.

‪Les musulmans indiens sont tout aussi indiens que quiconque. Et l'Islam indien est autant Indien qu'il est islamique. Nous allons oublier ces caractéristiques essentielles de ce que nous sommes à nos risques et périls.

Saif Shahin, chroniqueur régulier pour New Age Islam, poursuit un doctorat en communication politique à l'Université du Texas, Austin, États-Unis

‪URL of English Article: http://www.newageislam.com/islamic-society/saif-shahin,-new-age-islam/muslim-genetic-studies-show-india-is-in-our-dna/d/11309

URL : http://www.newageislam.com/french-section/saif-shahin,-new-age-islam/des-etudes-génétiques-musulmanes-montrent-que-l-inde-est-dans-notre-adn/d/13787