certifired_img

Books and Documents

French Section (13 Nov 2013 NewAgeIslam.Com)


La Menace de Guerre Civile du Hefazat-e-Islam au Bangladesh: l'Islam Politique Est En Marche Mais Où Peut-On Trouver un Récit Islamique Modéré ?‬

 

 

 

‪Sur la base de la contribution de l'auteur comme panéliste lors de la publication du rapport « Islam politique et les élections au Bangladesh » du chargé de recherche invité de l'Institut des Etudes du Commonwealth, Frances Harrison, durant un évènément organisé au Sénat Hall, Université de Londres, le 30 Septembre 2013.

De Sultan Shahin, Rédacteur-en-Chef, New Age Islam

‪5 Novembre 2013

‪Selon les rapports de presse au Bangladesh, la presse radicale du groupe islamiste Hefazat-e-Islam a mis en garde le pays d'une guerre civile au cas où le gouvernement allait de l'avant avec son intention de contrôler les madrasas Qaumi de manière similaire aux madrasas Alia financées par l'État. Hefazat Ameer Shah Ahmed Shafi confia lors d'une conférence de presse à Chittagong le 27 Octobre que « Nous ne permettrons pas aux madrasas Qaumi d'être contrôlées par le gouvernement. Des centaines de milliers de personnes seront tuées si quelqu'un essaie de contrôler les Madrasas Qaumi ». Le Premier Ministre, Sheikh Hasina, a toutefois déclaré le 4 novembre que son gouvernement voulait finaliser la politique d'éducation des madrasas Qaumi en consultation avec toutes les parties concernées, y compris Ulema-Mashayekh et les érudits musulmans de manière à adapter l'éducation des madrasas Qaumi aux temps modernes.

‪Quel que soit le bien-fondé de la question, nous nous faisons une idée d'Hefazat-e-Islam menaçant de guerre civile dans laquelle « des centaines de milliers de gens seraient tuées », ainsi que les événements entourant l'apparition « soudaine » d'Hefazat qui prône que l'Islam politique est en marche au Bangladesh. Une radicalisation rampante de la société est en cours. ‪Sans entrave. ‪Aucun effort organisé est mis en place pour vérifier sa croissance de la seule façon dont elle peut être contrôlée - avec un discours de riposte basé sur un Islam modéré, l'Islam du courant majoritaire. Le Bangladesh a la réputation d'un pays islamique modéré qui a dit NON à la théorie des deux nations et qui positionne son identité linguistique et ethnique au-dessus de son identité religieuse.

Le côté spirituel et mystique de l'Islam n'est néanmoins pas bien mis en évidence aujourd'hui au Bangladesh comme c'est aussi le cas dans de nombreuses autres parties du monde musulman.

Un plaidoyer occasionnel apparaît parfois dans les médias du Bangladesh: « Ô Dieu, ou Ô politiciens, ne laissez pas le Bangladesh devenir un autre Pakistan ou Afghanistan ». Mais ni les politiciens ni les médias utilisent le côté pacifique, spirituel, modéré de l'Islam pour contrer le récit radical, suprématiste, totalitaire, misogyne de l'islam politique, ce qui déstabilise la région et le reste du monde.

La montée soudaine d'Hefazat-e-Islam au Bangladesh cette année nous rappelle la montée des talibans en Afghanistan en 1994-95 et leur capture de l'Afghanistan en septembre 1996. Hefazat a pu rassembler une centaine de milliers d'étudiants de madrasas dans les rues malgré son agenda rétrograde.

Dans les deux cas, la phrase suivante « ils sont sortis de nulle part » fut entendue. Mais ont-ils émergé de nulle part? ‪Non, ce n'est pas le cas. Ils étaient bien là. Cachés de la vue. ‪Il ya des millions d'enfants qui étudient dans des madrasas partout dans le monde. Selon certains rapports, on compte 10 millions d'enfants au Bangladesh seulement, même le rapport de Frances Harrison a pu recueillir des sources suggérant qu'il y a quatre millions de personnes dans 19.000 Qaumi madrasas, et, bien sûr, il ya les madrasas Alia et Cadet, et beaucoup sont attachés aux 2, 75,000 mosquées réparties dans tout le pays. ‪C'est plus ou moins la même chose dans les autres pays musulmans, y compris dans les pays laïques, multiculturels comme l'Inde, où les musulmans constituent une minorité.

‪Pas tous ces enfants optent pour des études supérieures pour obtenir des diplômes comme Alim, Fazil et Kamil. Mais le nombre de ceux qui les poursuivent se compte en millions. Et qu'apprenent-ils la-bas.

‪D'abord, nous devons savoir qu'il y a un très faible pourcentage des madrasas qui sont dirigées par des musulmans à l'état d'esprit soufi et attachés aux sanctuaires soufis. ‪Ces madrasas ne sont pas bien financées, ont des enseignants mal payés, de mauvaises infrastructures ou manquent de fonds pour aider les enfants.

Les manuels Saudis et financés par les pétrodollars vont aux madrasas wahhabites, Ahl-e-Hadeesi, salafistes, deobandis, Jamaat-e-Islami. Les madrasas Jamaat, bien sûr, prescrivent les livres de Maulana Maudoodi. Toutes ces madrasas enseignent les livres d'Ibn-e-Taimiya, Mohammad Ibn-e-Abdul Wahhab et des idéologues wahhabites ultérieurs. ‪Même les madrasas non-wahhabites qui n'utilisent pas ces livres comme manuels de classe, les mettent à disposition des étudiants dans leur bibliothèque et les prescrivent aux étudiants qui suivent des cours comme taqabul-e-Adyan (étude comparative des sectes islamiques).

‪Le Saint Coran est une compilation de versets qui ont guidé au fur et à mesure le Prophète (pssl) et ses disciples dans différentes situations. Une grande importance doit donc être donnée au shaan-e-nozool, contexte de ces versets, pour comprendre le Coran. ‪Mais en plus de cette littérature enseignée dans les madrasas aujourd'hui, le saint Coran est considéré comme un livre non créé dans le sens où il s'agit seulement d'une copie de l'original qui se trouve au ciel (Lauh-e-mahfouz). Cela signifie que chaque verset du Coran est d'une importance universelle. C'est le shaan-e-nozool ou le contexte n'a pas d'importance.

‪C'est ceci qui donne une légitimité aux pensées comme celles que les étudiants de madrasas assimilent.

‪Shaikh Muhammad bin Abdul Wahhab a dit: « Même si les musulmans s'abstiennent de Shirk (polythéisme) et sont Muwahhid (strict croyant en l'unicité de Dieu), leur foi ne peut pas être parfaite à moins qu'ils n'aient de l'inimitié et de la haine dans leur action et parole contre les non-musulmans. » (Majmua Al-Rasael Wal-Masael Al-Najdiah 4/291)

‪Un des versets coraniques qui est censé être à l'origine de cette compréhension est le suivant: (V-28) Sourate Al-Imran: « Que les croyants ne prennent pas, pour alliés, des infidèles, au lieu de croyants. Quiconque le fait contredit la religion d'Allah, à moins que vous ne cherchiez à vous protéger d'eux. Allah vous met en garde à l'égard de Lui-même. Et c'est à Allah le retour. »

‪Également cité à plusieurs reprises est le verset suivant: « Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n'interdisent pas ce qu'Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu'à ce qu'ils versent la capitation par leurs propres mains, après s'être humiliés. ‪» (Sourate At-Tawbah, V-29)

‪Un autre message qu'ils reçoivent est de Maulana Abul Ala Maududi dans Jihad fil Islam:

‪«L'Islam veut détruire tous les Etats et les gouvernements du monde entier qui sont opposés à l'idéologie et au programme de l'Islam, quel que soit le pays ou la nation qui le gouverne. Le but de l'Islam est de mettre en place un Etat sur la base de sa propre idéologie et de son programme, quelle que soit la nation qui assume le rôle de porte-étendard de l'Islam ou quand bien même la règle de droit est compromise dans le processus de création d'un État islamique idéologique. L'Islam exige la terre, et pas seulement une partie, mais toute la planète... Parce que l'humanité entière doit bénéficier du programme, de l'idéologie et de la protection [de l'Islam]... À cette fin, l'Islam tient à soutenir toutes les forces qui peuvent provoquer une révolution et un terme composite pour l'utilisation de toutes ces forces est « jihad »... ‪L'objectif du « jihad » islamique est d'éliminer la règle d'un système non islamique et d'établir à sa place un système d'Etat islamique ».

 ‪--- Maududi dans fil Jihad Islam

‪Cette idéologie se propage non seulement à travers les manuels de madrasas mais aussi à travers des revues imprimées et en ligne. Selon le programme Sairbeen de la BBC Urdu programme diffusé récemment, les journaux militants islamistes distribués gratuitement dans toutes les villes du Pakistan sont: « mensuel Al-Charia », « Azaan », « Nawa-e-Jihad afghan », « Hateen », « Murabetoon », « Al-Qalam », « Zarb-e-Momin », « Al-Hilal », « Sada-e-Mujahid », « Jaish-e-Muhammad » et « Rah-e-Wafa ».

‪Ensuite, il ya des dizaines de chaînes de télévision actuellement disponibles dans le monde qui radicalisent la pollution musulmane à travers le monde. Aucun pays n'est à l'abri.

‪Mais ce radicalisme n'est pas remis en cause de manière significative. ‪Alors que le récit radical est nettement défini et massivement propagé via tous les médias disponibles, aucun récit modéré alternatif n'est disponible pour les musulmans ordinaires. Les individus ont tenté de réfuter l'idéologie radicale mais ils n'ont pas de support gouvernemental ou autre support disponible pour propager leurs idées à n'importe quel niveau comparable.

‪Malheureusement, même les partis politiques laïques dans les pays musulmans, notamment au Bangladesh, cherchent des solutions à court terme, essayent de passer un accord avec l'une ou l'autre des organisations radicales qui peuvent apporter leur voix et les sauver de l'accusation d'être anti-Islam. ils ne cherchent pas à utiliser l'idéologie islamique pour contrer le radicalisme lui-même, malgré la disponibilité des médias et autres ressources.

‪Un programme de narration alternative cohérente peut très bien être reconstitué sur la base du Coran lui-même et d'autres littératures islamiques.

‪Versets prônant le pluralisme:

Il ya de nombreux versets du Coran, par exemple, qui permettent une interaction étroite et une coexistence pacifique avec les autres communautés religieuses.

« Allah ne vous défend pas d'être bienfaisants et équitables envers ceux qui ne vous ont pas combattus pour la religion et ne vous ont pas chassés de vos demeures. Car Allah aime les équitables. » ‪(Sourate Al-Mumtahanah V-8)

‪« Allah vous défend seulement de prendre pour alliés ceux qui vous ont combattus pour la religion, chassés de vos demeures et ont aidé à votre expulsion. Et ceux qui les prennent pour alliés sont les injustes (ceux qui désobéissent à Allah). » ‪(Sourate Al-Mumtahanah V-9)

‪Les musulmans sont autorisés à se marier dans les familles des Ahl-e-Kitab.

‪Les musulmans n'avaient pas le droit de se défendre avec des armes pendant les 15 premières années des 23 années que le Prophète (SAW) a passées à les guider. Il est significatif que ce n'est qu'après 15 ans de révélations coraniques qu'ils furent autorisés à se battre, mais seulement lorsqu'ils furent laissés sans autre option. ‪Même durant cette période là, il est dit dans le Coran qu'ils devaient défendre non seulement leur propre liberté religieuse mais la liberté religieuse en tant que telle, la liberté religieuse de toutes les communautés religieuses.

« Si Allah ne repoussait pas les gens les uns par les autres, les ermitages seraient démolis, ainsi que les églises, les synagogues et les mosquées où le nom d'Allah est beaucoup invoqué ». (Coran 22:40)

‪De même, il existe un récit très bien défini, modéré et disponible sur la question du traitement des femmes dans l'Islam. Hefazat et d'autres organisations fondamentalistes au Bangladesh et ailleurs prennent une position généralement misogyne alors même qu'ils  prônent pour la forme la nécessité d'un statut élevé pour les femmes. Cette misogynie est apparue très clairement lors du rallye d'Hefazat-e-Islam le 6 Avril 2013 quand une femme journaliste fut sévèrement agressée et une autre gravement harcelée, tel que mentionné dans le rapport d'Harrison. Je vais citer une femme journaliste Nadia Sharmeen d'Ekushey Television (ETV) pour faire ressortir la férocité de ces étudiants de madrasas que nous considérons comme la quintessence du comportement islamique civilisé.

‪La déclaration entière de Sharmeen mérite d'être lue et est très pédagogique quant à la signification pour le monde de l'arrivée des forces d'Hefazat. Je ne peux que citer quelques phrases ici. Elle dit, tel que mentionné dans le rapport:

‪« Je suis une journaliste du crime et je sais que je peux me retrouver dans une situation difficile de temps à autre. Mais c'était cette fois quelque chose de complètement inconnu pour moi. Ils étaient comme une bande de hyènes ou de chiens sauvages, pas des humains. ‪Je pensais alors et maintenant encore, qu'ils voulaient me tuer. Ils voulaient me déchirer, membre après membre. Sinon, pourquoi auraient-ils commencé à me battre de Paltan jusqu'à Bijoynagar? ‪Ils ont frappé toutes les parties concevables de mon corps. J'ai du fairer deux CT scans et échographie pour voir si mon abdomen et d'autres parties à l'intérieur de mon corps étaient en état de fonctionner correctement, quatre rayons X à droite de mon genou gauche, épaule gauche, et cou. ‪Je suis vraiment chanceuse d'aller bien, de ne pas avoir de blessures permanentes mais les médecins disent qu'ils ne sont toujours pas sûrs, en particulier au sujet de ma blessure à la tête.

‪Evidemment, ma famille est très inquiète… Ils ne m'ont pas demandé d'abandonner le journalisme, car ils savent ce que cela signifie pour moi. Pourquoi devrais-je y renoncer à cause de certains lâches ? Qui sont-ils si pas des lâches ? ‪Lorsque 50 - 60 personnes ou plus battent une femme sans arme ? Est-ce leur façon de montrer du respect pour les femmes ? ‪Comment peuvent-ils prétendre être les protecteurs de l'Islam quand ils traitent les femmes de cette façon ? Comment peuvent-ils protéger l'Islam s'ils ne peuvent pas protéger une femme journaliste à leur propre événement ? Je suis une femme journaliste. ‪Si je ne peux pas rester là, si je ne peux pas travailler côte à côte avec les hommes, alors comment le premier ministre de ce pays, ou le chef de l'opposition, peut-il le faire ? ‪S'ils ne peuvent pas me croire, pourquoi sont-ils en train de négocier avec les dirigeants politiques qui sont aussi des femmes, dans ce qu'ils prétendent être un monde d'hommes. Je portais des vêtements décents - tout le monde peut voir comment j'étais habillée ce jour-là à partir de la séquence vidéo. ‪Ce sont eux qui ont essayé de déchirer mes vêtements, en fait, ils ont même réussi à arracher certaines parties de ceux-ci, ils étaient si violents.

‪Pour la société civile, les journalistes et autres personnes concernées, je tiens à dire une chose: comment êtes-vous sûr que ce qui m'est arrivé aujourd'hui ne va pas vous arriver aussi? ‪J'avais l'habitude de travailler avec des victimes de violence, je n'ai jamais pensé que quelque chose comme cela m'arriverait. ‪Mais il l'ont fait. La même chose pourrait arriver à vous aussi. Si vous voulez vivre dans ce pays et rester en vie, alors vous devez faire quelque chose au sujet des changements qui sont en cours. ‪Vous devez résister à ce types de violence parce que personne ne peut être en sécurité dans une telle situation. ‪Dans l'ensemble, je veux que justice soit faite pour ce qui m'est arrivé, et ils devraient vouloir la même chose. S'ils ne peuvent pas protéger les femmes, comment peuvent-ils protéger l'Islam et le reste de l'humanité? »

‪Bien sûr, l'Islam ne signifie pas pour Hefazat-e-Islam ou Jamaat-e-Islami la même chose que pour les musulmans modérés. Mais pendant que le récit islamique d'Hefazat et autres fondamentalistes est en marche, celui de l'Islam modéré est en retraite, n'est vu nulle part, sauf sur des sites internet comme New Age Islam et sur certains blogs ou dans des articles rédactionnels. ‪Le Bangladesh est le seul pays musulman où nous avons trouvé, au moins dans le mouvement Shahbagh de Février 2013, un grand nombre de musulmans, surtout des jeunes, qui se sont réunis pour faire campagne contre le traitement trop clément du pouvoir judiciaire vis-à-vis des criminels de guerre fondamentalistes islamiques durant la guerre de Libération de 1971.

‪La participation massive de la jeunesse dans le mouvement Shahbagh était d'un intérêt primordial pour l'orientation future du pays, comme cela a été aussi remarqué par certains participants. Wikipedia cite un participant, Amiruddin Ahmed, qui fait remarquer qu': « Après être venu ici, je me suis rendu compte que le drapeau national est entre les mains de nos enfants. » ‪Les membres de la « génération doré » de 1971 a trouvé une nouvelle inspiration dans Projônmo Chôttor. [89] ‪L'écrivain Muhammed Iqbal Zafar, notant la forte participation de la jeunesse, a déclaré: « Je suis ici pour vous faire mes excuses. J'ai écrit dans les journaux que la nouvelle génération ne fait qu' « aimer » sur Facebook et écrire sur les blogs, mais ne descend pas dans les rues. ‪Vous m'avez prouvé le contraire et je vous remercie tous pour cela ». [90] [91]

« Le Président de la Dhaka University, Arefin Siddique, a dit: « Aujourd'hui, un mouvement pour éradiquer les razakars du pays a lieu. Le pays a besoin d'être libéré des mains des Razakars. La peine capitale des razakars est une demande des 160 millions d'habitants du pays ». [92] ‪Le Président de Jahangirnagar University, M. Anwar Hossain, dit: « Les gens du Bangladesh ont rejeté le verdict. ‪A Projonmo Chottor, nous joignons nos mains pour lancer un appel clair à tous nos compatriotes de s'unir et chasser les forces qui sont contre la libération de la terre » [92]. (Wikipedia)

‪Pendant que l'affichage exceptionnel d'une opposition à l'intégrisme extrémiste et violent dans le mouvement Shahbagh est le bienvenu, nous ne trouvons pas d'opposition aussi marquée dans d'autres pays islamiques. ‪Et la simple opposition est, bien sûr, insuffisante. Elle ne permet pas d'endiguer la vague de ce qu'on appelle l'islamo-fascisme qui déferle sur le monde islamique. Nous devons donner au monde entier autant que le monde islamique avec un récit islamique modéré et convaincant. Comme je l'ai dit plus tôt, ce n'est pas bien mis en évidence à ce jour. ‪On ferait mieux d'y réfléchir sérieusement.

‪URL of English Article: http://www.newageislam.com/islam,terrorism-and-jihad/sultan-shahin,-editor,-new-age-islam/hefazat-e-islam’s-threat-of-civil-war-in-bangladesh--political-islam-is-on-the-march,-but-where-is-the-moderate-islamic-narrative?/d/14303

URL: http://www.newageislam.com/french-section/sultan-shahin,-rédacteur-en-chef,-new-age-islam/la-menace-de-guerre-civile-du-hefazat-e-islam-au-bangladesh--l-islam-politique-est-en-marche-mais-où-peut-on-trouver-un-récit-islamique-modéré-?‬/d/24395

 




TOTAL COMMENTS:-    


Compose Your Comments here:
Name
Email (Not to be published)
Comments
Fill the text
 
Disclaimer: The opinions expressed in the articles and comments are the opinions of the authors and do not necessarily reflect that of NewAgeIslam.com.

Content